Fear Of Umbrellas

Le cœur du Quatrième Corollaire c'est Marc, un moteur qui vrombit, qui fume, qui s'échauffe, qui cale et redémarre aussitôt, qui accélère, qui fait du bruit, qui mène la danse, qui tourne, qui nous embarque.
Puis le corps de cette compagnie c'est une petite bande d'artistes, régisseurs, comptables, compositeurs, plasticiens, avec la certitude que chacun a une importance égale dans la construction des projets.
Les spectacles interrogent, ne font pas le choix de sujets faciles, consensuels. Leur mise en forme qui part du visuel, de l'image, permet de parler de sentiments et d'émotions avec une poésie certaine.
Le Quatrième Corollaire est aussi et avant tout un réseau, qui part d'Auxerre pour se diffuser dans toute la région, avec des connexions au delà des frontières, permettant de se réveiller un matin de résidence aussi bien au milieu d'une séance de gymnastique tchèque que dans la brume d'une abbaye nivernaise.
Ce sont des moments de réflexion autour du corps, des rapprochements avec d'autres disciplines, d'autres compagnies, des discussions, des formations, avec toujours le désir d'échanger et de partager. C'est croire que chaque rencontre est une chance et une opportunité, une façon de découvrir un univers et de se remettre en question, prendre une bifurcation inattendue.

Amélie Verjat - Créatrice lumière de la compagnie

Marc Brillant


marc brillant

C’est après une dizaine d’années de Capoeira que Marc rejoint la première compagnie avec laquelle il va passer plus de trois ans : la compagnie Malabar.

Il y découvre et s’initie à la Roue Cyr qui sera jusqu’à aujourd’hui sa partenaire principale.

Comme la plupart des autodidactes, il se montre vite curieux de toutes les formes d’arts qu’il côtoie au quotidien. cela va du Parkour au trampoline, mais il se tourne surtout vers la danse dans son sens large. c’est au sein de compagnies telles que ‘’Massala’’, mais aussi ‘’Pietragalla’ avec le spectacle Marco Polo qu’il continuera de se former au contact de danseurs de haut niveau.

Son parcours atypique lui permet d’intégrer, outre des compagnies de danse, des compagnies de rue et de cirque.

Tout en exploitant sa roue de façon acrobatique, il use de son passé de capoeiriste pour créer son propre vocabulaire au sol, plus dansé, autour et hors de la roue. il oscille ainsi sur un fil, à la frontière entre la danse et le cirque.

La consécration arrive en 2013 en rejoignant l’équipe de la dernière création de Mourad Merzouki : Pixel.

Enfin pour cette nouvelle création, « Un Lys, rouge, rouge, noir », Marc se forme à la corde lisse et s’entoure d’une vidéaste plasticienne ainsi que d’un nouveau compositeur.


Equipe


Amélie Verjat - Création Lumière

amelie verjat

Après un diplôme de fin d’études en Réalisation Lumière à l’ENSATT en 2005, Amélie travaille avec des compagnies de spectacles vivants pour des créations lumière en danse, théâtre et cirque.

Ses lumières se plaisent à éclairer les corps en mouvement et les formes scénographiques qui laissent la place à l’imaginaire.

En tant que régisseur général et lumière, elle participe depuis 2009 aux tournées de 8 spectacles de la compagnie Käfig – CCN de Créteil.

Elle rejoint en 2016 l’équipe de création de la compagnie Le Quatrième Corollaire pour signer la lumière du spectacle « J’ai peur des Parapluies », et continue l’aventure avec Marc Brillant pour sa deuxième pièce « Un Lys, rouge,rouge, noir ».


Elodie Parachini - Vidéaste - Plasticienne

elodie parachini

Diplômée des Beaux-arts de Metz, Elodie travaille l’audio-visuel. Par ce médium du numérique elle cherche à créer un lien direct entre le spectateur et l’image. La corporalité est le thème récurrent de son travail et appréhende le rapport entre l’organique, le sensible et le mécanique.

De ses propres mots :

« Je veux créer un contact physique sans avoir recours au touché, ceci par la vidéo et la lumière. L’intérieur est au premier plan, j’entends par là l’intime, le secret et la chair. Par ces trois mots il en ressort également le charnel, car c’est un corps féminin que j’aborde, le mien.

J’aborde la question de la présence et de l’absence physique depuis une pièce intitulée Effort. Action où je suis apprêtée d’une combinaison de sudation qui provoque la transpiration tout en la retenant à l’intérieur. A aucun moment cette production corporelle est visible. Lorsque l’action est finie, je suspens ces vêtements au mur de manière à en voir l’intérieur. Néanmoins la sudation n’est déjà plus visible.

Le contact avec l’Autre, c’est-à-dire le regardeur dans ces cas, n’est jamais entier. Il vient soit de l’installation, soit du regardeur, mais jamais des deux en même temps. Comme si une pudeur s’était installée. C’est donc l’impossible contact ».


Benoit Kalka - Compositeur

benoit kalka

Autodidacte, auteur-compositeur, Benoît évolue en tant que batteur sur scène et en studio avec plusieurs artistes.

Intermittent du spectacle depuis 2012, il travaille professionnellement sur d’autres terrains artistiques, notamment la vidéo, avec des clips ou reportages qu’il réalise. Ou des ateliers éducatifs auprès des jeunes sur l’histoire de la musique et du cinéma.

Il est également musicien intervenant pour un spectacle pédagogique sur les risques auditifs en Bourgogne, le Peace and Lobe.

Benoît aime jouer avec des artistes différents, évoluer dans son jeu, passer d’un style à un autre. Découvrir et explorer est sans doute ce qui l’attire le plus dans la pratique des instruments.

La musique offre une ouverture d’esprit avec un langage commun quelque soit le style musical. C’est un art qui permet l’expression corporelle et intellectuelle.


Fabien Milet - Acrobate au mât pendulaire

fabien milet

De sa passion du cirque, Fabien a choisi d'en faire son métier.

Après plusieurs années de formation professionnelle aux arts du cirque, il sort en 2011, enrichis de différentes disciplines comme la jonglerie, la danse, l'acrobatie et le mat chinois.

Il commence alors à travailler pour différentes compagnies de rue et de cirque tels que les compagnies, Malabar, MeliMelo, Circo Zoé et Horizons Croisés.

Il crée en parallèle le Duo Complice, un numéro de Mat Chinois avec Clelia Grelier, avec qui il participe à différents festivals, en France, en Allemagne, et en Suisse.
Ils y remportent plusieurs prix et engagements dans de prestigieux Variétés tels que « Variété et cetera » « GOP » et « Europa Park » ce qui les a amené dans une aventure de 3 ans en Allemagne.

Aujourd'hui désireux de nouvelles expériences, il intègre la compagnie du Quatrième Corollaire en tant qu’interprète dans la pièce J’ai Peur des Parapluies.


Christelle Dubois - Equilibriste

christelle dubois

C'est dans la cour de l'école que je découvre mes premières sensations à l'envers. J'étais pourtant plutôt bonne élève mais je ne sais pas, une profonde envie peut-être d'épater la galerie ... Ce fut d'abord un véritable fiasco, puis les divers essais contre la pauvre porte des toilettes du petit appartement que nous occupions à Marseille ont eu raison de moi. J'ai fini par tenir ... mais je n'avais aucune envie d'en faire mon métier. C'est plus tard, beaucoup plus tard, que mon corps m'est apparu comme un outil d'expression absolument indispensable ; j'avais envie de maitriser ce corps, de l'assouplir, de le façonner ; qu'il soit mon allié !

J'assiste à mes premiers cours d'équilibre à Amiens, sous l'œil avisé de Pascal Angelier, puis l'école fermant ses portes, je bifurque à Fratellini quelques mois où je rencontre Kim Langlet, Claire Joubert et Capucine Renard ... A ma grande surprise, je suis prise au Lido l'année suivante où l'on m'apprend à ne pas me cacher derrière ce que je fais, où l’on m'apprend que je peux être moi même sur scène et que ça puisse plaire.
Deux ans après, je file me plier aux conseils de Yaquin Deng, au Centre Régional des Arts du Cirque de Lomme : méthode chinoise, j'efface tout ce que je sais et j'avance à grands pas. Par la suite j'irai de temps en temps chez Claude Victoria, qui me donnera de formidables conseils et qui croira en moi, mieux que personne.

Je fais ensuite ma petite sauce à moi, mêlant aux équilibres sur les mains une gestuelle inspirée de la langue des signes - la langue des personnes sourdes - qui me semble d'une beauté et d'une richesse incontestable mais si peu connu du monde des entendants.

Ca finit par donner une danse sur les mains où l'on ne sait plus ou donner de la tête. »


Sophie Porta - Echassière - Scénographe

sophie porta echassiere

Elle découvre le spectacle par la porte du cirque dès son plus jeune age, le trapèze fixe est sa première passion et, en parallèle, les échasses qui lui permettent une proximité direct avec le public, elle complète sa formation au gré des années, par le théâtre, la danse, et le maquillage.

En général autodidacte dans toutes ces disciplines, elle est passionnée par la matière et la création d'univers. Sophie participe à la construction de 2 compagnies de spectacles de rue où d'autres talents de costumière et de décoratrice participe au voyage.

Échassière, sur échasse à rebond, elle bondit d'une casquette à une autre de la scénographie à la danse et des pinceaux... à la comédie.

C'est d'ailleurs Sophie, qui a donné la couleur scénographique du spectacle "J'ai Peur des Parapluies" en s'appuyant sur ses techniques de peinture et de maquillage.